Je viens de recevoir les résultats de l'analyse génétique de mon ADN réalisée à Houston, Texas, par le site MyHeritage pour une somme modique.

Pour les nombres de correspondances génétiques de personnes testées et relativement aux pays d'origine arrivent bien sûr d'abord
la partie bien à l'Est de la France plusieurs fois occupée, l'Allemagne, la Suisse, et ensuite par ordre comme vous pouvez le voir ci-dessous.
Le nombre est celui de personnes dont l'ADN possède des séquences strictement égales et qui sont des liens réels ancestraux partagés de parenté génétique >>>

 

Pays et Nombre de correspondances:

France, Allemagne, Suisse, puis dans cet ordre >>>
122
  Danemark
75
  Royaume-Uni
67
  Pays-Bas
62
  Suède
62
  Norvège
21
  Finlande
15
  République Tchèque
 

Donc nous voyons que mon intérêt si particulier pour la Scandinavie et la Finlande, mais aussi pour l’Écosse, ne vient pas de nulle part.
En cliquant sur le site MyHeritage dans la page qui expose mon ADN personnel, on trouve des correspondance norvégiennes
qui remontent... jusqu'en Laponie !!!! Idem pour...la Finlande !!!!  Ceci ne m'étonne plus.
Souvent je parle et j'écris sur meine drei Vaterländer vom Norden - mes trois terres maternelles du nord - mina tre hemländer i norr.

La Suisse n'est pas étonnante car dans les villages d'origine de mon père, Baltzenheim / Biesheim / Artzenheim,
on prononce mon nom de famille comme en Suisse Ruedolf / Rüdolf et jamais Roudolf / Rudolf.
(D'ailleurs, mon père me disait toujours que nous sommes aussi en parenté avec Julius Leber de Biesheim... et du coup de son fils naturel... Willy Brandt,
ce qui pourrait expliquer mon caractère total d'insoumis depuis ma naissance avec une détection viscérale de toute violence nazie et fasciste.)

Dans la famille, nous avions toujours su que nos ancêtres Rudolf avaient transité par la Suisse en venant de... Bohême, donc de République Tchèque.
En Bohême, au Sud de Prague, se trouve une petite ville Rudolfov, Rudolfstadt en allemand, où j'avais été avec mes étudiants de DESS / M2.
D'ailleurs, par un hasard extraordinaire j'étais tombé dans le cimetière juif historique de Prague sur une tombe qui portait mon nom de famille.
George Sand a écrit le roman La Comtesse de Rudolstadt ( sans le " f "), mais en Bohême le " f " apparait ou disparait selon les endroits dans ce nom de famille.

Pour les correspondances ADN, les pays et les villes ou villages d'origine se retrouvent aussi sur ce site.
Et même Malmö en Suède, où j'ai fait plusieurs étés de suite de très longues marches à pieds
en étant dans un état second, qui, et je le savais / je le sentais, dépassait mon admiration pour l'architecture.
Il y a des lieux sur terre où l'on sent que l'on a déjà vécu avant d'y avoir été.

De part ma grand-mère maternelle danoise, nous savions que ses ancêtres avaient émigré d’Écosse
pendant la Potatoe Famine pour aller au Danemark au lieu d'aller aux USA comme tout le monde.

Pour les Pays-Bas, nos ancêtres étaient propriétaires du Château Huis Doorn pendant et après la période de la République Batave
instaurée par Napoléon, Louis Bonaparte et Hortense de Beauharnais. Ce château nous avait été repris par la famille royale hollandaise des Orange,
mais le Kaiser Wilhelm y avait fait son exil après 1918. Les députés d'Alsace-Lorraine en avaient plusieurs fois réclamé la restitution à mes ancêtres
de 1870 à 1918 à Berlin au Reichstag et devant le Kaiserlicher Oberster Gerichtshof.
Quand j'étais enfant, nous sommes allé voir ce château en 1964 et papa nous avait dit "ça, c'était à nous".

Voilà. Chacun se trouve l'héritage qu'il peut. Le mien est uniquement dans le sang et dans la tête.