Toute ma génération a été élevée dans la haine du “harva”, du “crouilla”, à l’école on n’avait pas le droit de les fréquenter, dans la rue non plus. Ceci est déjà une honte que nous portons en nous, nous les Français qui se sentent bien dans notre pays. C’est comme la guerre d’Algérie, personne n’en parle, mais tout le monde en souffre. Comment la France évacue-t-elle ses hontes cachées? Et si c’était une manifestation (silencieuse) du FLN, était-ce grave? Dans le contexte colonial du "maintien de l'ordre", c'était grave pour une partie de la France. La France était dans son “règlement d’un trouble intérieur”, en réalité dans sa sale guerre d’Algérie. Ayant toujours eu honte de cette sale guerre, mon père n'avait pas d'autre réponse que de me traiter de "nazi de gauche". Je ne sais toujours pas ce que ceci veut dire, mais ma honte d'être français ne m'a jamais laché. Lui, le Malgré-Nous, l'Incorporé-de-force savait s'arranger avec l'Histoire... La France savait s'arranger avec sa sale guerre pour garder les sites de gaz et de pétrole et pour faire péter dans le désert “Proserpine” la bombe atomique. Cette guerre elle l’a commencée à Sétif et à Guelma le 8 mai 1945, jour de “gloire” en métropole et de massacre en Algérie, commis par l’armée française qui défilait en même temps sur les champs élysées.

Et voici que le Parlement français veut faire promulguer une loi sur “les bienfaits du colonialisme”. Et tant que la France n’aura pas débattu aussi de ceci en dehors d’émissions tardives, il ne faudra pas s’étonner qu’il paraisse normal que Monsieur Sarkozy pointe du doigt les “étrangers”. Lesquels? Ceux avec un ascendant, deux ascendants étrangers? Ceux nés sur le sol, naturalisés par la suite, pas encore naturalisés. Ceux d'origine polonaise ou la horde de casseurs qui s’enfonce les pieds dans les pare-brises des Twingo? Ou, les clandestins qui sont embauchés en masse dans le BTP, les entreprises de service de nettoyage, la restauration… et même les orchestres symphoniques et les spectacles par exemple? Se sentent-ils biens en france? Sont-ils seuls à ne pas respecter les lois? Ou alors ce sont les 6 millions de silencieux maghrébins ou africains qui contribuent à la prospérité de la France et qui nourrissent le marché intérieur?

Malheureusement de grandes voix délimitent leur Axe du Mal et en font des discours politiques à répétition. Il entretiennent ou font naître the fear of the mob, la crainte de la pègre. Pourquoi indisposer une République ainsi? Pourquoi plonger tout la République dans une mauvaise conscience? L’Axe du Mal de Monsieur Sarkozy passe quelque part entre 0,000005% d’indésirables et des millions d’autres, qui sont des êtres et des âmes constitutifs de notre pays, et des ménages, et des ménages au sens économique du terme. Si la France avait fait son travail de mémoire, comme l’Allemagne, nous n’aurions comme l’Allemagne que 1 à 3% de sympathisants de l’extrême droite. En France nous en avons 30%, à ceci s’accrochent les villeristes, les kozystes, les ségolinistes. On arrive alors à combien de %?

Les tentations totalitaires françaises remontent aussi à Mauras, mais depuis la guerre (celle de 45) elles sont nourries par une sortie du colonialisme qui n’est pas comparable à celle faite par la Hollande par exemple. Comme écrit plus haut, l’après-guerre français du 8 mai 45 est une date très honteuse pour l’histoire de france (massacre de Sétif). Un pseudo dédommagement français du mal que la France a fait avec ses sales guerres coloniales par une intégration des “trains des algériens” parqués dans des baraquements en bois, des foyers Sonacotra, des quartiers de réclusion dans les banlieues, une inégalité face à l’emploi actuellement toujours grave… n’efface jamais 61 années du racisme organisé et français.

Le troisième homme de l’état n’a pas le droit de “jouer avec les mots”. Il ne faut pas que quiconque dans ce pays accepte ces manières de parler, quand on sait que l’extrême droite utilise ce langage. Le danger pour le pays n’est pas lepen, c’est les autres. Nous n’avons pas le droit de prendre un temps pour analyser le contexte des-dites paroles d'exclusion. Ces formes d’indulgences ont toujours mené à l’étalement des régimes totalitaires. Une pensée unique, un consensus mou, un ventre mou, et après les Mitläufer (ceux qui courent avec).

Résultat? Généreusement Monsieur Sarkozy régularise hier 2% des écoliers-sans-papiers.