Dans un cacophonie initiée par le chaman français et le chancelier de l'échiquier britannique, Bretton Woods II est annoncé comme la symphonie du nouveau monde. Dans une étude en 10 chapitres je vous livre ce que ne contiendra pas l'Accord de Bretton Woods II.
  • 3] Protectionnismes européens unis, Déni d'Europe, Dictature des marchés, l'ennemi du Sud


Avec mon sens habituel de la formule je n'ai cessé de soupeser la force des mots dans leurs environnements sémantiques ou dans leur cage paradigmatique. Mais je n'étais pas arrivé à la formule du Président français, NS, de "l'Idéologie de la Dictature des marchés qui est morte avec la crise financière". J'en étais plutôt resté au "Monde n'est pas une marchandise" ou à la "Taxe Tobin", mais je me suis donné sur mon site par mon travail de recherche et d'analyse les moyens de vous expliquer comment je pensais que nous pourrions organiser les solidarités locales, régionales et globales. Cette "Dictature des marchés qui est morte" doit être l'écho de "la Dictature du Prolétariat" qui est morte en 1989 avec la Chute du Mur de Berlin. Avec la Chute de la Banque d'investissement Lehman Brothers (dit banque systémique à présent) j'avais de suite formulée l'idée que le Mur de Berlin était tombé aussi à l'Ouest ce 15 septembre 2008. En 1989 les peuples de l'Est, du Bloc de Varsovie, sont allés vers la Démocratie, la Liberté, l'économie de marché, la flexibilité, le chômage, la répartition réorganisée des richesses... Vers quelle Liberté vont aller les peuples de l'Ouest?

J'ai été apparemment le seul sur le Web, et je n'ai pas lu ceci non plus dans les médias, que le "Plan Européen de Sauvetage" décliné nationalement avec la "Boîte à outils" dans chaque Pays européen était un déni d'Europe, une violation du Traité de Lisbonne et des Directives européennes, et même de l'OMC. Je ne me suis pas offusqué de dérogations à tout ceci, qui s'appellent en Grande-Bretagne "opting-out" conformément à la terminologie officielle des communautés européennes. J'ai aussi écrit récemment sur mon site, et je reste aussi le seul avec cette idée, que ce Plan européen venait de réinventer les devises, le euro-franc, le euro-mark et même le sterling-euro en créant des situations inégales au niveau financier et bancaire en Europe avec des zones plus ou moins nationalisées de banques, avec des rachats plus ou moins étendus des créances toxiques, avec des zones plus ou moins "relancées" économiquement, le tout avec cette orchestration cacophonique des cette "Boîte à Outils du Plan de Sauvetage européen". L'Europe est ainsi divisée en sanctuaires nationaux bancaires et économiques qui permettent aux capitaux d'aller là où ils sont le mieux en sécurité d'État dans un des plus purs rapport de concurrence déloyale libre et non faussée.

Instaurer de telles conditions divergentes dans une Europe des critères de Convergence (Critères de Maastricht) c'est permettre aux États membres de l'Eurozone et de l'Union Européenne de se doter d'avantages concurrentiels directs qui ne reposent pas sur leur force économique ou sur leurs avantages industriels et de compétitivité sur les marchés, issus de... l'économie réelle. Les membres de l'Eurozone se sont autorisés à se faire entre eux la concurrence déloyale libre et non faussée et les "petits" Pays européens et les "Pays entrants" européens n'ont qu'à subir les aspirateurs à capitaux de la Grande-Bretagne, de la France, de l'Allemagne, de l'Espagne, du Bénélux, de l'Espagne et de l'Autriche constitués par des sanctuaires protectionnistes nationaux de banques nationalisées toxiques ou "saines" et soutenues par les subventions publiques nationales à caractère protectionniste.

Ce revirement des "valeurs" de la Concurrence Libre et Non Faussée accompagnée de la Libre Circulation de tout et du reste est suivi, toujours avec l'Irlande et la Grande-Bretagne en tête, ces euro-séparatistes de la première heure, des Plans de relance économique dans l'esprit de Keynes, c'est à dire avec des injections d'argent de l'État pour soutenir l'industrie et le commerce en Europe ou pour influencer sur des orientations économiques et industrielles fondamentales et fondatrices d'un à venir dans la région européenne.

Photo: forteresse Vauban, Neuf-Brisach, Alsace. Mon soucis est que, si les vociférations subites de notre Président NS, réclamant un Gouvernement européen économique, industriel (et budgétaire et fiscal?), correspondent à ce que nous demandons de cette Europe depuis toujours, nous les gens de gauche et pour ma part en tant que Nonniste pro-européen, je me rends compte que l'Europe des Nations ressurgit encore plus fort et qu'elle fait passer pour une euro-attitude des plans de protectionnismes, qu'elle annonce pour se protéger, en tant qu'Hémisphère riche, contre des agressions venues d'ailleurs. Dès 1989 j'avais écrit "Vauban est vivant" ou bien "le Mur vertical est tombé, mais le Mur horizontal s'est levé" en regardant simplement sur une mappemonde le sens nord-sud du Rideau de Fer (vertical) et la partition horizontale Nord-Sud de la planète en une Hémisphère riche et un Sud. Je savais, dès 1989, que l'Europe saurait se doter d'un Mur autour de la "Maison commune" de Михаил Сергеевич (Michail Sergejewitsch Gorbatschow) ou du "Grand Village". Cette intuition n'avait rien de génial, la Conférence de Lomé, l'Annulation de la dette par F. Mitterrand des Pays les plus endettés a toujours été un des fondements de ma réflexion depuis aussi les idées que m'ont fournies le Club de Rome avec la "Croissance Zéro" à la fin des années soixante.

Un des signes qui ne trompe pas est un élément très grave du Plan britannique de relance keynésienne. La politique keynésienne britannique de relance de 444 millions d'euros décidée par Gordon Brown et Alistair Darling comprend aussi la construction de deux porte-avions pour près de 4 milliards de livres ainsi que son engagement pour un nouveau programme de dissuasion nucléaire.
Du schmécksch d'Bouchon? Renifles-tu le bouchon? L'Europe arrogante se met sur la défensive à toutes les strates de ces agissements. L'Europe qui a entrainé l'échec du Cycle de Doha par son intransigeance face aux Pays en Développement, ou face aux Pays ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique) profite des Crises du Capitalisme pour ériger son Mur de manière visuelle autour d'elle-même avec ses Plans de Sauvetage et de Relance keynésienne.

L'autre signe qui ne trompe pas, et qui n'a rien à voir avec une idée ~~généreuse~~ de "Plan de Relance pour Sauvegarder les Emplois" est le Fonds Souverain que le Président français veut construire pour soutenir les "industries clefs". L'Europe qui s'est déjà dotée avec les APE et les ALE (Accords de Partenariat Économique, Accords de Libre Échange) d'un arsenal à vocation affichée "multilatérale" ou "bilatérale" mais à caractère protectionniste contre le Sud et leurs Pays, se dote à présent d'une barrière protectionniste officiellement dans les termes de la langue.

Ce n'est pas un hasard si j'ai commencé hier un article sur mon site dans lequel je m'étonne que l'Afrique n'est pas invitée à la réunion interministérielle Bretton Woods II.

L'argumentaire du Président français, NS, au sujet des nouvelles solidarités européennes à élaborer pour se protéger des ~~entités~~ mal-intentionnées et puissantes et qu'il ne définit pas lui-même, est estomaquant, surtout quand on connait le vrai visage opposé à l'économie de la concurrence libre et non faussée pratiquée par l'Europe avec les Pays en Développement les Pays ACP (Afrique, Caraïbes) dans le cades des APE (Accords de Partenariat Économique) liés aux Accords sur les ADPIC et sur les ADPIC+ (Je vous en livre l'inventaire demain soir.)

Le FMI et la Banque mondiale sont des institutions issues des accords de Bretton Woods (I). Dans les textes de l'accord, le rôle du FMI est d'octroyer un crédit à un Pays qui est en banqueroute d'État et qui ne peut plus payer ses fonctionnaires et maintenir le fonctionnement de son administration. La Banque mondiale doit soutenir des projets de développement. Dans le passé ces deux institutions ont empiété les unes les autres sur leurs compétences respectives et n'ont été que des instruments d'éducation à ce qui a fini par s'appeler à partir des années 80' "le consensus de Washington" en liant leurs aides et leurs crédits accordés à des conditions néo-libérales que l'on retrouve dans l'Ecole de Chicago, les travaux de Milton Friedman. En ce jour, le 26 octobre 2008 la liste des Pays en situation de faillite d'État qui demandent une aide au FMI s'allonge: l'Islande par sa faute d'avoir voulu faire encore plus agressif dans les spéculations toxiques, mais aussi l'Argentine, le Brésil, le Mexique, l'Afrique du Sud, le Pakistan, la Corée du Sud, l'Ukraine, la Hongrie, la Biélorussie, la Croatie, l'Albanie, la Macédoine, la Serbie, la Turquie. Vous remarquerez que ce ne sont pas des PED (Pays en Développement) ou des Pays ACP (Afrique Caraïbes Pacifique) qui eux sont en situation de pauvreté et non pas des pays riches, émergents ou ayant pratiqué la spéculation systémique toxique. Parmi ceux-ci vous avez les corrompus du FMI comme la Turquie qui demande un crédit avant chaque intervention américaine en Irak, et l'Argentine qui a obtenu depuis 50 ans 52 fois un crédit du FMI pour être avec des Chicago Boys et des dictateurs du calibre de Pinochet la barrière américaine à la propagation du communisme. Il reste encore beaucoup a faire pour que ces institutions du club de riches soient refondées dans un sens multilatéral et qui comprenne les intérêts des pays pauvres.

Depuis le 4 octobre 2008 j'ai eu l'intuition que les USA seront en banqueroute d'État et vont demander un soutien au FMI. Dans cette liste vous reconnaissez des "petits" pays européens qui souffrent subitement de la concurrence déloyale libre et non faussée organisée par le "Plan de Sauvetage" européen (Plan de détournement de fonds) flanqué de sa "Boîte à Outils" nationaux qui fonctionne comme un aspirateur à capitaux qui les faits affluer vers les Pays les plus protecteurs, c'est à dire protectionnistes.

J'affirme donc, et il semble que je sois de nouveau le seul à le faire, que le Consensus de Washington n'a pas volé en éclat avec les Plans US-EU de Sauvetage Paulson-Brown munis des "Boîtes à Outils" nationales de nationalisations plus ou moins partielles, plus ou moins libres, et munis des Plans de Soutien des "Industries Clefs". La croissance appauvrissante des Pays en Développement et des couches sociales de plus en plus grandes à l'intérieur des Pays de l'Hémisphère riche accompagnée du désengagement de l'État dans les services publics et les infrastructures de la vie commune de l'Homme est toujours organisée, mais cette fois-ci elle obtient les subventions de l'État qui détourne le bien national des richesses reversées par l'impôt ou elle est financée directement par la Dette publique ou par un Fonds souverain de Soutien alimenté par la dette publique ou par des émissions de titres, que l'on peut appeler Bons de Trésor. Le trickle down effect (l'effet de percolation), le dégoulinement naturel des richesses vers le bas et les masses attendu par les néolibéraux du Consensus de Washington, cet humanisme automatique du partage et de la répartition des richesses, n'est qu'un trickle up organisé avec la croissance appauvrissante. Ce trickle up n'étant pas assez efficace pour l'Avant Garde Globale, leur dernière invention d'un mix de la fin de la Dictature du Prolétariat avec la Fin de la Dictature des Marchés, lui permet de renfoncer cet ascenseur social des capitaux vers le haut. J'appelle ceci la Refondation du Consensus de Washington et je vous invite à lire la seconde partie de ma réflexion.

Dans mes intuitions j'ai aussi prévu dès 1989 un grand conflit Nord-Sud et en France une "Minériade à la roumaine, où des Gueules Noires sortiront de l'on ne sait où pour protéger un régime" et qui dépassera la honte autrichienne de son Gouvernement Schüssel coalisé avec avec l'extrême droite de Jörg Haider.

_________________________________________________

Information sur la Prévention contre les Sectes:

Un vieux politicien français d'extrême-droite est protagoniste du retour à Bretton-Woods. Faites votre recherche sur prevensecte.
Son parti existe, change régulièrement de nom, nom qui fait semblant de bien sonner à gauche.