D'aucuns disent qu'il n'est plus socialiste et je pense qu'il n'est pas faux de dire que ce n'est plus un parti politique non plus.

C'est une agora de caractériels.

On peut y faire ce qu'on veut apparemment. Y déjuger, se déjuger et à tout moment faire le contraire de ce qu'on dit. C'est un bien bel exemple de la confusion dont je parlais dans un précédent article de ce site. Il n'y a plus vraiment de démocratie ou alors elle est expérimentale et nous la comprendrons en 2020 ou jamais.

Soyez vigilants. Je m'associe à vous : soyons vigilants. Et surtout soyez clairs. Il est indispensable pour créer "les Passerelles des Gauches" d'avoir quelque chose de plus à donner, à proposer.

Rechercher "l'éthos" de la Gauche s'il existe encore. S'il n'y a pas un "esprit" de la Gauche comme il y a eu en son temps un "esprit" du capitalisme, il n'y aura que du vent et vous ne serrez qu'un artefact conjoncturel sans lendemain, un hasard statistique improbable, des atomes noyés dans l'aléatoire mouvement brownien, un phénomène chaotique dégénérant en vide absolu.

Mais je crois sincèrement et avec beaucoup de respect que vous pouvez être des pionniers.

Gardez votre sang-froid, votre maîtrise de soi, une fermeté de caractère peu commune. Il y a autre chose que la clairvoyance et la capacité d'action, il y a manifestement des qualités "éthiques" qui vous permettront de gagner la confiance des gens tout bonnement indispensable pour imposer une vision nouvelle et qui donnera la force de surmonter les innonbrables résistances qu'elles susciteront.

Ces quelques mots ne sont pas de moi, je vous rassure. Ils sont de Max Weber quand il a décrit "l'esprit du capitalisme moderne" naît par la volonté de quelques entrepreneurs honnêtes tel que Benjamin Franklin pour citer le plus illustre.

Faites ces mots vôtres, c'est à mon sens, l'unique espoir d'avoir espoir.

Sébastien