Les travaux pour un nouveau Traité ne sont donc pas engagés, même pas évoqués.

Ceci veut dire qu'avant 10 ans il n'y aura rien du tout. Les NON et les messages NL, F et D ne sont pas pris pour vrais par Bruxelles qui fait comme s'ils n'existaient pas. Cette machine fonctionne toute seule. Aucune Commision investie de la réécriture du TCE n'est instituée. Etienne Chouard, par le site-web duquel la discussion sur le TCE est venue dans les foyers français, à la barbe des officiels unanimes de notre pays, propose une réflexion citoyenne très élaborée au sujet du TCE.

La question est de savoir si Bruxelles avec son esprit du Traité de Rome devance encore plus loin et plus vite l'orientation ultralibérale de l'OMC, de l'AGCS alors même que les USA sont déjà entrain de les remplacer par une foule d'accords bilatéraux tout autour de la planète depuis l'échec de Doha, le round de l'OMC, où les pays pauvres ou émergeants se firent entendre pour la première fois en demandant aux pays riches l'ouverture de leurs marchés pour les produits agricoles, ce qui n'est toujours pas fait. Ce groupe des "pauvres" s'est réuni par la suite à Cancun dans le G21.

Nous en revenons toujours à l'économie, car cette Europe n'a pas envie d'être autre chose qu'un marché commun, et les gouvernements nationaux se défaussent sur elle pour abandonner leurs devoirs régaliens "coûteux" (privatisation des services publics) et pour être en accord avec la zone optimale de convergence et de stabilité définie à Maastricht, qui n'est autre qu'une option libérale de l'économie. C'est sous ce label que nous sommes déjà obligés de vivre, il est normal que nous sommes obligés de le soutenir ou de le dénoncer avec des mots. Quand je regarde 1 euro en face je ne vois que les 4 critères financiers et mon petit avantage de frontalier.

Le problème est donc bien de savoir quelles valeurs l'EU veut s'imposer et non pas se laisser imposer.
L'Europe n'est pas une tirelire.

______________________________________________________________________
Lisez ma série détaillée de la Constitution européenne. Sa ratification aurait été une élégante manière de faire parapher, de manière déguisée, par le peuple la doctrine libérale qui est rappelée tout au long du texte de la Constitution, et pourquoi pas l'AGCS. (note du 30 XII 23006: la Directive Service votée en Décembre 2006 est la preuve que Bolkenstein est revenu et est définitivement applicable sous le libellé "liberté de prestation de services" et non plus sous "détachement de travailleurs").