Il existe un génocide dont on ne parle pas. C'est le génocide de toute une génération organisé avec la sottise du bac à 80% (Jospin) qui n’est qu’une gestion des flux et non pas une démocratisation de l’enseignement, qui ne prépare pas aux études supérieures mais aux échecs de 40 à 80% jusqu’en seconde année d'études et qui décharge sur le marché de l’emploi des malformés, des handicapés, désorientés, dépités, décapités. Non, je ne provoque pas et je vous dis que le réveil de la crise des banlieues et de celui du CPE ne sont que des préludes à des crise bien plus graves, qui trouveront échos avec tous les précarisés qui n’ont même pas de contrat de travail, mais qui sont des “contractuels” et des low-costs.