Observatoire de l'AGCS
Observatoire des inégalités,
Observatoire du chômage,
Observatoire du NAIRU, (le paradigme du chômage obligatoire...)
Observatoire des conjonctures économiques,
Observatoire des Politiques Économiques en Europe.

(Tous ces thèmes sont très amplement traités et argumentés sur mon site. Il suffit d'utiliser la barre "Chercher 1 mot"
et d'écrire le mot qui vous passe par la tête. Exemple: répartition de richesses).
Votre outil "surbrillance" de votre navigateur vous suivra.

Sarkozy a montré qu'il concentre l'État entre les mains d'un seul parti central, l'UMP.
Sarkozy se sent subitement multipolaire.

Nous ne nous trompons pas d'adversaire.

Sarkozy est dans l'autre camp, c'est l'ordre naturel des choses. Depuis la création de sa garde impériale et de son staff de kapo, qu'est l'UMP, on savait tous ce qu'il voulait et comment il le voulait. C'est justement pourquoi il fait un si bon score. Il est fiable dans son hystérie. On sait qu'elle est là, il suffit de cliquer.

Nos ennemis, sont donc nos amis, ceux de notre camp. Car une mission leur avait été confiée le 21 avril 2002, le 29 mai 2005. Nous étions légitimement en droit d'attendre alors un PS qui prenne en main une ligne hard à gauche, à l'image de la ligne hard à droite de Sarkozy.

Le PS et ses boys fonctionnarisés ont cru bon de faire seriner le "il n'y a plus de clivage", entamé il y a 25 ans avec le CERES qui disait "qu'il n'y aplus de lutte des classes, il n'y a qu'un seul front de classe".

La lâcheté du PS est impardonnable, l'abandon des petites-gens est un acte ennemi. Point.

L'ennemi est dans notre camp, l'adversaire est dans l'autre camp.

Notre ennemi, nos amis du PS, doit être défié. Notre adversaire, Monsieur Sarkozy, doit être dévié.