Parti_de_gauche.jpgPour ma part, je n'ai jamais cessé "d'être un français parmi les français". Maintenant, il faut donner du corps et du sens au changement en juin avec les Élections Législatives. Il faudra mettre à gauche le Parlement et le faire cesser de nuire aux ouvriers, aux employés et aux habitants du pays. Avec son "collaborateur", l'ancien président, responsable de la perte du triple-A, a desservi la France, a augmenté la dette publique de 600 milliards, budget de 2012 inclus, tout en privatisant et en cassant les services publics, sociaux, de l'éducation, de soins et de santé. Depuis 17 ans la droite a démonté le pays. La France est devenue en 5 ans un Lehman Brothers en faillite. Le peuple s'est gravement serré la ceinture, et pourtant la France est plus pauvre et plus endettée qu'en 2007. La valeur travail n'a pas été respectée par la droite.

Le Président français n'est qu'un fifrelin sans souffle si le Parlement n'a pas la même couleur politique que lui ont offert les électeurs. La Constitution française impose au Président de nommer son Premier Ministre en fonction de la Majorité des députés élus qui siègent au Parlement. Le 1er Ministre conduit en France la Politique du Gouvernement. Le 1er Ministre n'est pas un "collaborateur" du Président, la France n'est pas une agence de trading et de courtage comme l'avait voulu le président licencié. Le 1er Ministre définit la politique du Gouvernement et est responsable devant le Parlement. Le Président n'est responsable devant rien, sauf tous les 5 ans devant les électeurs. Le Président qui a un Parlement d'opposition n'a donc rien à dire, il y a blocage institutionnel, souvenez-vous de Mitterrand muselé et bâillonné par le gouvernement Chirac puis par le gouvernement Balladur. En suggérant que "l'Assemblée nationale pourrait alors être en mesure de contrebalancer le pouvoir présidentiel", le raisonnement proposé par la droite est surprenant: si la droite remportait les prochaines législatives, il ne s'agirait pas du tout d'un "rééquilibrage", mais d'un basculement du pouvoir à droite. Ce serait une  cohabitation et que le parti vainqueur des élections législatives gouvernerait.

Depuis trente ans, en France, la lutte des classes s'est faite sans nous et par-dessus nos têtes.
Les richesses des pays ont été collectivisées au profit du 1% par les systèmes spéculatifs, financiers, bancaires et du shadow banking.
Prenez le pouvoir. Si vous cherchez sur Google pacte fiscal européen mon site est sur Google en A6 sur 1.330.000 résultats.

Les pertes des banques et leurs actifs pourris, toxiques et illiquides ont été nationalisés par les états, le FMI, la BCE, la Fed' et donc le contribuable paye les bail-out, les sauvetages, les Emprunts d’État en flux tendus depuis 2008 et pendant les 20 prochaines années. C'est pourquoi la dette publique a explosé depuis 2008, et seulement depuis 2008 pour sauver les banques. Nous payons pour le plus grand transfert massif de toute l'histoire de l'humanité de la dette privée vers la dette publique. Le bail-out des banques ne les a stimulé qu'à investir encore plus dans les produits financiers dérivés hautement toxiques, les CDS. En 2008, il y avait 60.000 milliards de CDS sur toute la planète. En 2012 il y a 70.000 milliards de CDS et 228.720 milliards de produits financiers dérivés soit 3 fois plus que le PIB mondial. Il n'y a pas de crise de l'Euro, il y a la Crise des Banques et des Assurances. Deux générations futures vont payer pour ce mode de vie.

Les Traités Européens, Lisbonne, Maastricht sont contournés et violés par les Gouvernements et Bruxelles depuis 2008, nous pouvons donc aussi exiger leur modification en mettant un Parlement fort en place qui aura un gouvernement fort devant Bruxelles pour renverser la "Règle d'Or" du MES - Pacte Fiscal Européen qui casse le Code du Travail et institue le dumping social. Si les Gouvernements PS en France et SPD en Allemagne seront forts et à gauche, on y arrivera. Même si l'Allemagne se sort bien mieux que la France de ladite Crise, Angela Merkel semble ne plus être capable de renouveler sa mandature de chancelière. Prenez le pouvoir.