Les actionnaires se sont octroyé le versement total du bénéfice opérationnel net d'EADS.
Ceci n'empêchera pas l'application du plan Power 8 du licenciement de 10.000 employés. Ceci n'a pas empêché le versement de 8 millions d'euros en forme du golden-parachute au dirigeant français défaillant. Ceci n'empêche pas non plus un versement spécial d'une retraite de 100.000 euros pas ans à ce dirigeant.

L'État actionnaire français vient de pousser au versement de ce golden-parachute.

L'État actionnaire ne s'oppose pas au versement de dividendes aux actionnaires d'EADS, la société-mère d'Airbus, demandé par les grands-actionnaires, comme Lagardère, ami intime de Sarkozy.

L'Etat Sarkozy sera une croissance logarithmique de l'État Chirac.
Voici donc encore une raison de voter contre le candidat de la droite.


Parallèlement une prime d'intéressement de 2,87 euros a été généreusement accordée à chacun des employés d'EADS.
Travailler plus pour perdre plus.

__________________________________________

Que veut dire "travailler plus pour gagner plus"?: Détaxation et défiscalisation des heures supplémentaires

Dans une entreprise restée à 39 heures employant 100 salariés, ces derniers effectuent 4 h supplémentaires . par semaine. Désormais elles vont être exonérées de charges sociales soit (50 % du salaire). Le salaire moyen est de 1500 €. Les heures supplémentaires représentent le 1/10ème du salaire et donc des charges sociales. Le gain pour l’entreprise sera : 1500 € x 12 mois x 0,5 charges x 0,1 heures sup. x 100 salariés = 90000 € brut, il faut déduire l’impôt sur les sociétés le gain net est d’environ 60000 €. Un salarié va gagner 360 € de charges sur son salaire et 180 € sur les impôts si son taux marginal d’imposition est de 10 %. Mais il y a toutes les chances pour que ce gain soit rapidement réduit à Zéro parce que le patron va intégrer ce gain dans ses calculs pour ne pas augmenter le salaire de base dans les proportions de l’inflation. Résultat : le patron actionnaire à 99% gagne à coup sûr: 60000 €, le salarié gagne (sans garantie) 540 €. Le coût pour le budget de l’Etat est de 90000 € + (540 € x 100 salariés) = 144000 €. Pour équilibrer le budget il faudra augmenter les taxes payées par tout le monde. Le salarié risque d’être perdant avec un salaire de base diminué et des taxes en plus. Le coût de la réforme des heures supplémentaires pour le budget de l'État serait de 5 à 6 milliards d'€, a précisé à la presse mercredi soir François Fillon, le matin même, sur RTL, il avait déclaré qu’elle serait de 2,5 à 3 milliards d’€, un gros couac ! Déductions des intérêts des emprunts immobiliers

Un privilégié du système gagne 100000 € par an. Il achète à crédit une superbe villa. Il peut déduire les intérêts de son revenu imposable jusqu’à 20 %. Il déduit donc 20 000 €. Son taux marginal d’imposition est de 40 %. Son gain d’impôt est donc de 8 000 €. Un couple de salariés gagne le SMIC 24000 € par an à eux deux. Ils achètent à crédit un petit appartement. Ils peuvent eux aussi déduire 20 % de ces 24000 €. Leur taux marginal d’imposition est de 9 % d’où un gain d’impôt de 432 €. Une salariée qui est seule et travaille comme caissière à temps partiel voudrait bien travailler plus pour gagner plus mais le privilégié du système qui l’emploie refuse. Elle reste locataire et gagne Zéro € dans l’opération. L’équilibre du budget se fera ici aussi en augmentant les taxes payées par tout le monde. Il est facile de comprendre que le royaume enchanté de l’ultra libéral Sarkozy ne l’est que pour les nantis. Avec le bouclier fiscal ils sont protégés, ils pourront se soigner bien vivre, les autres devront travailler plus pour gagner moins. Pour compenser: les exonérations de charges (5 milliards d’€), le bouclier fiscal (5 milliards d’€), les droits de succession (5 milliards d’€), il faudra augmenter de 2 à 3 points le taux de TVA. Les bonnes nouvelles sont à moitié annoncées, pour les mauvaises bouches cousues, la cerise sur le gâteau arrivera avec la TVA sociale qui frappera les plus faibles. Elle est obligatoire pour compenser les cadeaux faits aux nantis.