La réalisation de ce projet ambitieux, qui nous engage tous, passe par des réformes de fond qui réduisent considérablement les marges de manoeuvre de la puissance publique dont l'action est jugée, sans nuance, néfaste.

Pour réaliser leur rêve d'assainissement des finances publiques nos amis ultralibéraux disposent d'un levier très efficace et connu de tous : la réduction du montant des retraites servies par les régimes publics.

En France, comme dans la plupart des pays de l'OCDE, cette réforme est à l'oeuvre depuis de nombreuses années.
Mais en 2003 les choses se sont brusquement accélérées voire même radicalisées.

Notre pays est pris à la gorge, notre système par répartition dont nous sommes si fiers est en danger de mort... .


L'heure du sacrifice avait sonné pour toute une génération d'actifs privilégiés et surprotégés dont je fais partie.

Et çà a marché ! Tout le monde ou presque a avalé la réforme unique. Jusqu'aux caciques du PS qui affirmaient à l'époque qu'ils n'auraient pas fait autre chose.

Mais pourquoi ? Pourquoi si vite ? Dans la précipitation et sans le moindre débat contradictoire ! Qui diable détenait la vérité absolue dans un domaine pourtant d'ordinaire si discutable ?

On a trouvé. Ce sont les intouchables statisticiens et prévisionnistes économiques qui orientent toutes les grandes décisions des pays de l'OCDE. En particulier pour la France ceux qui travaillent dans le vénérable INSEE.

Qui oserait mettre en doute la parole d'un mathématicien de l'INSEE ? Cette institution est au-dessus du pouvoir temporel des hommes. Les haruspices qui lisent le destin de notre pays ont la science infuse.

Seulement voilà, ils se sont plantés. Et pas un peu.

Sur les chiffres de la population avancés au moment de la réforme Fillon sur les retraites en 2003 par exemple, l'INSEE a commis une erreur grossière puisqu'à l'horizon 2040 la France ne devrait pas compter 65 millions de sujets mais au moins 70 millions (+5 millions ce n'est pas négligeable c'est 8% d'erreur tout de même).
Les principales anticipations sur les chiffres de la population dataient de 2001 sur la base d'enquêtes remontant à 1996 !

Ces mêmes experts en démographie estimaient qu'une femme donnerait naissance, en moyenne, à 1,8 enfant alors que nous avons atteint les 2 en 2006, chiffres publiés tout récemment.

Pour les retraites l'erreur ou plutôt l'arnaque est splendide. Un cas d'école !

En effet, alors que Fillon annonçait à la France d'en bas un rapport de 1,1 actif pour 1 retraité en 2040, le nouveau chiffre est de 1,4 actif (30% d'erreur ça va, dans d'autres domaines une telle erreur peut être fatale). Contrairement à ce qui avait été prévu, la population active continue de grimper et cela semble être une tendance durable puisqu'elle se poursuivrait jusqu'en.... 2050 !

Je vous livre ici un extrait du point de vue de Denis Clerc, fondateur d'Alternatives Economiques, publié dans son magazine de janvier 2007 : Je pourrais aussi évoquer le fait que les projections démographiques pour 2040 viennent d'être sérieusement revues par l'INSEE parce que, le regain de fécondité aidant, la population active sera sans doute supérieure de plus d'un million de personnes à ce qui était prévu jusqu'ici.

Fillon nous a manipulé. Il a fait passer sa loi en force, en brandissant des chiffres faux hurle aujourd'hui un dirigeant syndical d'ordinaire plus conciliant.

La loi Fillon prévoyait de faire le point sur la situation des retraites en 2008. Soyons vigilants, nous sommes prévenus. Les méthodes sont maintenant connues.
Les offensives récentes ne semblent pas être de bon augure. La manipulation continue.
Ne confondons pas les pseudo impératifs mensongers d'une idéologie au service de quelques uns avec la réalité de tous.

Sébastien
_________________________________________

Lire aussi: Financer les retraites autrement est possible sauf pour les libéraux déprédateurs
___________________________________
Note de l'auteur du site: "La France est devenue un pays de bas salaires. Quand on sait que la part des salaires dans le revenu national a baissé de 10 points en dix ans (celle revenant à la rétribution du capital a augmenté d’autant), on comprend le « trou » que cela entraîne dans les comptes de la caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV)." C'est de nouveau une parole de gauchiste? Alors cliquez ici.