Il faut annoncer haut et fort notre volonté de ramener le P(S) au PS. Je vais même plus loin que toi: si ce n'est pas possible il faudra conduire le P(S) dans un Pôle de Gauche structuré.

Ce qui est sinistre c'est que le moment identifiant "PS" contient le terme générique "Socialiste". Mais tout le monde sait qu'un camembert industriel n'est pas le Camebert affiné dans une fruitière, et pourtant il porte sur son emballage cette AOC.

Il n'est pas trop tôt d'établir à ton plus haut niveau les Passerelles de Gauche vers les autres élus, adhérents, militants, sympathisants qui font une même démarche de retour au Socialisme et qui sont Rénovateurs ou engagés à Gauche sous une autre forme, mais sous la forme qui refonde aussi des tréfonds jusqu'au combles la vie et l'organisation politique dans notre Constitution mais aussi dans la Démocratie d'Entreprise et de Syndicats.

Nous te soutiendrons alors encore plus. Il y a de quoi faire honnêtement une carrière politique, tu es jeune et à ton début. Le "Garçon" avant qu'il ne convole avec l'Infante l'a eu aussi été. Je crois que tu dois viser sur le long terme, et signifier aux Citoyens, aux Publics, aux Médias que tu t'inscris dans cette lignée de travail. Humainement tu me sembles avoir un rayonnement naturel, tu sais que la blogosphère permet un zoom qui permet bien mieux de lire dans les pensées et ses dévers. Tu nous as annoncé clairement un plan de route à notre Réunion des non-alignés de la Rénovation à Dijon le 28 X 2006. Nous te surveillons si tu devais tomber dans la stratégie de carrière. Tu es d'une génération qui est capable d'intégrer ce regard rogatoire et scrutateur de la blogosphère en plus des contacts immédiats des fugacités d'un meeting ou d'une réunion dans une Fédé. A toi de saisir la Dignité et la plénitude de ton Devoir. Nous avons, de par notre âge, le recul de la sagesse et des aléas cumulés. Il y a de quoi fédérer pour progresser de manière manifeste, utile et accueillie.


Lire la lettre de Michaël Moglia aux Rénovateurs. Cette lettre retrace toutes les trahisons d'Arnaud Montebourg à la Direction Nationale de RM.