...sur une chaîne de radio qu’il n’y aurait « pas d’expulsions cet été » de parents sans-papiers d’enfants scolarisés. La nouvelle serait excellente si elle était sérieuse. Or, non seulement la seule autorité compétente, c’est-à-dire le ministre de l’Intérieur, a dit le contraire il y a 48 heures encore, mais Monsieur Arno Klarsfeld lui-même a poursuivi en prévoyant qu’« une grande partie des familles », et donc en aucun cas la totalité, pourraient se voir appliquer les critères de la circulaire du 13 juin dernier… sans apporter d’ailleurs la moindre garantie sur l’application de ladite circulaire.

En réalité, ces critères sont si flous, et laissent tant de place à l’arbitraire, que Monsieur Sarkozy n’a pas osé assumer lui-même la responsabilité de leur mise en œuvre, mesurant sans doute l’indignation croissante de l’opinion face à la politique inhumaine qui frappe enfants et familles semaine après semaine. C’est pourquoi une petite opération de communication met aujourd’hui en avant Monsieur Arno Klarsfeld, qui n’a aucun pouvoir sur les préfets ni aucune expérience sérieuse en la matière, mais qui est chargé de distraire l’attention des médias et de démobiliser les dizaines de milliers de citoyens mobilisés pour la défense des enfants, à la veille de la manifestation nationale du RESF demain à 15 heures place de la Bastille.

Mais Monsieur Arno Klarsfeld n’a pu résister au plaisir de faire un bon mot, raillant le père ou la mère d’enfant menacé qui « fait chat perché vous ne pouvez plus me toucher »… Même de la part d’un ancien amuseur radiophonique, on aurait pu espérer un peu plus de respect, sinon d’humanité, à l’égard de familles qui vivent une véritable tragédie. Cette saillie déplacée aura en tout cas le mérite de détromper ceux qui auraient pu croire à l’annonce précédente : il s’agit bien toujours de « toucher » ces enfants, de les traquer avec leurs familles, de pratiquer la « sélection » au gré des préfectures et en fonction des réactions de l’opinion.

En réalité, les enfants et les familles ne sont protégés ni par la circulaire de Monsieur Sarkozy, ni par les plaisanteries douteuses de Monsieur Arno Klarsfeld. Leur seule protection, c’est la solidarité, la mobilisation des parents, des amis, des voisins, des enseignants, de tous ceux qui prennent au sérieux l’égalité des droits, la justice et l’humanité.

La Ligue des droits de l’Homme appelle à maintenir et à amplifier cette mobilisation solidaire, et à manifester nombreux demain samedi 1er juillet, en particulier à Paris place de la Bastille à 15 heures. Pour que tous les enfants soient au rendez-vous de la prochaine rentrée scolaire.

Fin du communiqué de LDH / Fin du billet